Marion Rabu/ décembre 2, 2019/ Non classé/ 0 comments

Après avoir évoqué dans un 1er article de blog, 3 solutions simples pour être écolo même au travail , nous allons ce mois-ci, nous intéresser à 3 autres alternatives qui concernent: le transport domicile-travail, le papier ainsi que la pollution numérique !!! Pour découvrir de nouvelles astuces à la liste non-exhaustive, c’est par ici 😊

Les trajets Domicile-Travail

Les trajets domicile-travail ainsi que les déplacements professionnels représentent 12 millions de tonnes de gaz à effet de serre dont les 3/4 sont effectués en voiture dont la plupart du temps, seul. Fort heureusement, de nombreuses solutions existent aujourd’hui pour parer à ce problème d’envergure. En effet, le covoiturage est devenu monnaie courante dans la vie perso et il est en passe de le devenir également dans la vie pro. Rien de plus simple que de poster une annonce au sein de son entreprise ou de se rendre sur l’appli blablalines pour trouver ses covoitureurs. Si vous n’avez pas tellement envie de vous retrouver nez à nez avec votre cher collègue Jacques de bon matin, alors, pensez aux transports en commun. En effet, les citadins ont l’embarras du choix entre le tram, le RER, le train ou encore le bus. Cette alternative ne vous séduit pas plus ? Alors, j’ai le must du must à vous proposer : le vélo !!! Et oui, mesdames et messieurs, vous qui avez toujours rêvé d’avoir le corps de Rihanna ou encore les jambes musclées de Poulidor, c’est maintenant possible. Vous n’aurez plus à vous plaindre d’un manque de temps pour aller à la salle de sport car vous remplacerez votre abonnement exorbitant par votre 2 roues. Grâce à votre bicyclette, vous ferez des économies de carburant mais surtout, vous serez prêtes et prêts à démarrer votre journée de travail du bon pied, l’esprit aéré et détendu.

Papier or not papier, telle est la question !

Bonne nouvelle, le recyclage du papier entraîne peu de perte car pour 100g de papier (bien trié, bien entendu), nous obtenons 90g de papier neuf. Pour autant, mieux vaut ne pas le gaspiller. Là aussi, plusieurs options s’offrent à vous: 1) Règle n°1: achetez du papier 100% recyclé, cela ne vous coûtera pas plus cher que du papier traditionnel. 2) Réveillez l’artiste qui sommeille en vous et sortez les origamis: transformez les papiers dont vous ne vous servez plus pour en faire une jolie déco écolo dans votre bureau ou à défaut dans la chambre de vos enfants. 3) Si vos documents ne contiennent pas d’infos confidentielles et si votre créativité n’a pas été comprise par votre entourage 😉, alors, je vous invite à faire don de ces papiers aux écoles ou autres associations pour leurs activités manuelles. 4) Limitez vos impressions et privilégiez le recto/verso + noir&blanc + mode brouillon. Si le recto/verso n’est pas utile alors réutilisez le verso en brouillon. 5) Utilisez le logiciel Ecofont qui crée des petits trous dans n’importe quelle police de caractère dans votre fichier word. Invisibles à l’oeil nu, ils permettent de réduire de 28% l’encre consommée pour un texte ARIAL 12, de belles économies en perspective…

La pollution numérique !

La pollution numérique est le thème qui requiert le plus d’attention. En effet, nous travaillons pour la plupart d’entre-nous, devant un écran d’ordinateur quotidiennement. Parmi les conseils les plus importants, une évidence qui n’est pas toujours respectée tant on est pressé de quitter notre lieu de travail le soir. Je veux bien entendu parler d’éteindre son ordinateur ainsi que la prise de courant avant de partir. Cette dernière continue de consommer de l’électricité même si vous ne vous en servez pas. Également, nous recevons en moyenne 1,4 milliards d’emails en France (hors spams). C’est dire l’importance de trier chaque semaine ses emails, se désabonner de newsletters qui ne nous intéressent plus et de supprimer les courriels déjà traités ainsi que les spams. D’ailleurs, lorsque vous envoyez des emails à vos collaborateurs, il est préférable d’envoyer des liens vers votre document plutôt qu’un PDF, ceci afin d’alléger la quantité de CO2 générée . Sinon, favorisez le disque dur au cloud quand la proximité avec votre collaborateur le permet. En revanche,selon l’ADEME, 1 mail + 1 PJ de 1MO équivaut à 19 grammes de CO2 , ainsi, on considère que si vous passez plus de 12 mn devant votre écran à lire un email alors il sera plus écologique de l’imprimer avec sa pièce jointe. Quant aux recherches effectuées sur la toile, elles consomment l’équivalent d’une ampoule utilisée pendant 1h soit 10 grammes de CO2. Cela paraît moindre, néanmoins, mieux vaut limiter ses recherches quand cela n’est pas nécessaire (ex: recherche d’une recette marmiton… sur le temps de pause évidemment 😉 ) ou bien favorisez les moteurs de recherches Lilo (finance des projets sociaux ou environnementaux) ou Ecosia (plante des arbres dans le monde grâce aux recherches sur le web). Aussi, indiquer l’adresse exacte du site internet serait moins impactant que de faire une recherche avec des mots clés. Enfin, fermez chaque onglet que vous n’utilisez pas.

D’autres solutions innombrables existent pour réduire encore un peu plus chaque jour votre impact sur l’environnement au sein de votre entreprise. Néanmoins, si vous appliquez quelques-unes de mes propositions, alors, je vous garantis que vous aurez déjà fait un grand pas vers une transition écologique. Pour retrouver le 1er article portant sur l’écologie au travail, cliquezici .

Si vous êtes une entreprise RSE ou en phase de le devenir et que vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche, c’est par ici.

Share this Post

Laisser un commentaire